Posted by: Clarinette | March 28, 2012

DSK Trempe Dans l’Affaire du Carlton

Si au départ je me suis intéressée a l’affaire Dominique Strauss Khan, a l’époque a la tete du FMI, c’etait sous l’angle du respect de la présomption d’innocence et l’impact des médias sociaux et des rumeurs grimpantes qui condamnent un individu avant même une enquête judiciaire sans que le suspect, devenu aussitot coupable, ne puisse se défendre.

Depuis l’éclatement de l’affaire du Sofitel et l’aveu de DSK d’avoir eu des relations sexuelles avec la femme de chambre dont le procès civil démarre a NY, DSK est mêlé a une nouvelle  affaire de prostitution.

Je collecte les articles sur cette nouvelle inculpation que vous pouvez consulter ici.

Ce matin, Le journal Le Monde, que je lis dans sa version en ligne, publie un article exclusif se basant sur les procès-verbaux de la garde a vue de DSK. Je ne suis pas pénaliste et je me demande comment Le Monde a pu avoir accès a ces documents. Les informations révélées sont toutefois très brulantes, et je me devais de les partager.

On apprend que DSK, fort ambitieux malgré un emploi du temps très chargé, avait trouvé un moyen somme toute fort judicieux d’adresser ces demoiselles.

“Il les appelle des “filles”, des “copines“, des “petites“. Parfois même Dominique Strauss-Kahn use du mot “matériel“, comme dans ce texto, un mois de juillet : “Veux-tu (peux-tu) venir découvrir une magnifique boîte coquine à Madrid avec moi (et du matériel) le 4 juillet ?” Une autre fois, il utilise une périphrase, celles qu’on “aura dans ses bagages”. Et évoque même, un jour, un mystérieux “cadeau” offert au peintre Titouan Lamazou…”

“Le mot matériel désigne une personne de sexe féminin, a convenu DSK en garde à vue, le 21 février, devant les policiers qui l’auditionnaient en marge de l’affaire du Carlton de Lille. Il est (…) inconvenant et inapproprié.” 

On peut évidemment comprendre sa justification dans l’usage de ce vocabulaire :

lorsqu’il y a plusieurs personnes, c’est plus rapide d’employer un mot qu’une liste de prénoms“.

C’est vrai, certains préfèrent privilegier la quantité a la qualité, c’est un choix bien personnel. Pourquoi s’embarrasser a apprendre des ‘noms’ lorsque la seule chose qui compte est ‘l’objet’. Leçon de grammaire StraussKhanienenne.

On apprend également que M. DSK pousse ses convictions socialistes a l’extrême.

“En marge de ses déplacements officiels étaient organisés de nombreux rendez-vous. Des “déjeuners ou dîners qui parfois avaient des sujets plus intimes”, décrit-il. Ou encore des “soirée(s) de couples (…) qui souhaitent avoir une activité sexuelle collective”.

Lorsque l’on sait la charge de travail et le stress que peut avoir un homme politique de cette envergure, a la tête d’une des plus puissantes banques du monde, on peut comprendre que cet homme ‘libertin‘ comme il s’affiche, ait besoin de se détendre ‘en marge de ses déplacements‘.

Un peu plus gênant, c’est que l’on apprend également que :

“ces “parties fines” étaient mises sur pied tout exprès pour lui”.

J’aimerais bien aimé savoir ce que l’on veut dire par la. Etait-ce des cadeaux ou de simples tentatives de manipulation? Comme on le sait très bien lorsque l’on est a la tête du FMI, on se doit d’être très prudent sur les ‘cadeaux’ que l’on recoit.

Et non, M. DSK se dit naif:

‘”En y réfléchissant maintenant, je pense que j’ai été naïf”, confesse-t-il. Pourquoi ne demandait-il jamais aux filles quelles étaient leur vie, leur profession ? “En ce qui me concerne, je n’interroge pas les gens sur leur vie privée, lâche, ironique, l’ex-président du FMI aux policiers…”

Pourquoi donc s’intéresser a la vie privée d’un ‘objet’ ‘materiel‘ don’t on ne cherche qu’a en faire un usage ‘collectif’ ?!!! Vous ne croyez donc pas que M. DSK n’a que cela a faire !!

L’article continue:

Jusque-là, rien d’illégal. Malheureusement pour lui, policiers et magistrats sont désormais persuadés que ces rencontres organisées par le dévoué Fabrice Paszkowski comptaient de nombreuses prostituées. Et que, circonstance aggravante, ces “parties fines” étaient mises sur pied tout exprès pour lui, au gré de ses escales, à Paris ou ailleurs. “On était là essentiellement pour DSK. Les autres on s’en fout”, raconte ainsi Estelle, une escort-girl. D’où, à l’issue de ses huit heures d’audition, lundi, la mise en examen de DSK pour “proxénétisme aggravé en bande organisée”. Pour les juges, l’ancien patron du FMI n’était pas, quoi qu’il en dise, un invité comme un autre de ces parties échangistes. Il a joué un rôle central dans leur organisation.”

Un point intéressant soulevé par DSK sur lequel j’aimerais bien recevoir des éclaircissements est de savoir pourquoi il dit :

 “compte tenu de l’absence de secret de l’instruction dans cette procédure“. 

Sur les faits eux-mêmes, sagit-il uniquement de la vie privée d’un homme qui ne nous regarde pas. Probablement. A moins que, comme le souligne le Monde, ces orgies étaient effectivement des  ‘SCÈNES “BESTIALES” OU VIOLENTES’ :

“Parmi toutes ces filles, il y a au moins trois escort-girls. Ça fait peut-être beaucoup pour du simple libertinage, ne trouvez-vous pas ?”,…

C’était de l’abattage“, dit Inès, une amie parisienne attirée deux fois à son insu, à l’Hermitage gantois de Lille. “De la pure consommation sexuelle“, ajoute une escort-girl dénommée Marion, à propos du second déplacement organisé en décembre 2010 à Washington. De manière clinique, elles décrivent des scènes “bestiales” ou violentes.

Même dans la prostitution, tout n’est pas permis. Les limites auraient elles étaient dépassées?

DSK pour sa part se défend:

‘Le 5 décembre 2011, devant les policiers belges, Marion – qui n’a pas porté plainte – raconte qu’elle tente en vain de s’opposer à l’exercice que lui impose DSK. David Roquet, responsable d’une filiale d’Eiffage, lui attrape les poignets “avec chacune de ses deux mains pour [l]’empêcher de bouger“. Aucun homme présent dans la pièce n’intervient. “L’escorting n’est pas de la prostitution à 30 euros, note Marion. C’est rare d'[y] trouver des gens qui manquent de respect comme l’ont fait DSK et [David] Roquet”, patron d’une filiale du groupe de BTP Eiffage. “Il n’y a jamais eu de relation contrainte ou imposée”, rétorque DSK qui voit dans ces déclarations “mensonge”, “erreur” ou “pression”. “DSK a insisté pour savoir combien Aurélie était payée car il voulait passer en direct et non par Fabrice”, ajoute Marion. Ce qu’il dément.’

Ca, c’est une accusation grave :

“elle tente en vain de s’opposer à l’exercice que lui impose DSK”.

Une nouvelle inculpation pour viol M. DSK ?

Et on fini la lecture par un vent d’espoir:

‘A partir de la mi-mai 2011, Fabrice Paszkowski n’organise plus de “rencontres coquines”. L’impromptu du Sofitel, le 15 mai, y serait-il pour quelque chose ? “Beaucoup de rencontres libertines ont été reportées à la suite de l’émotion créée par l’événement”, avance DSK pour explication. N’est-ce pas surtout “l’équipe tournant autour de Paszkowski qui a cessé de fonctionner ?”, interrogent les enquêteurs. “C’est possible”, répond, las, l’ex-patron du FMI. L’une des prostituées raconte aussi, sur procès-verbal, que lors de leurs ébats à l’hôtel W, à l’hiver 2010, David Roquet s’était exclamé : “Ah, ce que le pouvoir a du bon !

Peut-on tout se permettre lorsque l’on est un homme de pouvoir? J’aurais pensé plutôt a un certain devoir de réserve surtout lorsque l’on se prépare a une candidature de chef d’état. On croit savoir que DSK se doutait qu’il pourrait se faire piéger par sa faiblesse pour les ‘objets’ feminins. Croyait-il être au-dessus de toute loi?

Une autre question que l’on est en droit de se poser est de savoir si DSK est un cas isolé.

Avec tout le respect que je porte a l’epouse de DSK, la journaliste Anne St Clair, n’est-il pas temps pour elle de sortir de son silence et s’exprimer? Si DSK est un malade du sexe, ne pouvait-il pas se faire soigner? Une telle dépendence qui a fini par briser sa vie politique a fort bien pu l’influencer dans sa politique s’il était démontrait que ces ‘cadeaux‘ étaient monnaies courantes et avaient servi a influencer dans ses prises de positions .

A lire egalement:
DSK, The man who is accused of rape, could be innocent.
Proud and Prejudice, America’s Islands
DSK, sexe, politique et argent, les langues se délient.
Dominique Strauss Khan, Justice, Media and Money

Ca n’apparaissait pas sur la page web ni sous ‘rcherche’ Le Huffington poste aurait publie un court article a 11: 36

“Affaire du Carlton, volet DSK: la suite. Alors que les avocats de Dominique Strauss-Kahn dénoncent un dossier “vide, creux” et ne résistant pas à un “examen contradictoire”, les procès-verbaux des auditions réalisées par les juges d’instruction continuent de fuiter dans la presse.”

Affaire du Carlton: Le Monde révèle le compte-tennu des procès-verbaux‘.

  Sans mention de DSK dans le titre, il n’était pas visible au moteur de recherche !

– A 15:03 Le HuffingtonPost mentionne DSK dans l’affaire du Carlton pour annoncer qu’il porte plainte contre le journal Le Monde pour avoir publie les proces-verbaux ‘pour “violation manifeste de ses droits”‘


Responses

  1. […] DSK Trempe Dans l’Affaire du Carlton « IPrivacy4IT – Clarinette's blog Depuis l’éclatement de l’affaire du Sofitel et l’aveu de DSK d’avoir eu des relations sexuelles avec la femme de chambre dont le proces civil demarre a NY, DSK est melé a une nouvelle affaire de prostitution. Je collecte les articles sur cette nouvelle inculpation que vous pouvez consulter ici . Si au départ je me suis intéressée a l’affaire Dominique Strauss Khan, a l’époque a la tete du FMI, c’etait sous l’angle de la présomption d’innocence et l’impact des médias sociaux et des rumeurs grimpantes qui condamnent un individu avant meme une enquete judiciaire sans que le suspect, devenu aussitot coupable, ne puisse se défendre. Ce matin, Le journal Le Monde, que je lis dans sa version en ligne, publie un article exclusif se basant sur les procès-verbaux de la garde a vue de DSK. Je ne suis pas pénaliste et je me demande comment Le Monde a pu avoir accès a ces documents. Les informations révélées sont toutefois tres brulantes, et je me devais de les partager. […]

  2. […] Carlton affair – the Many Ways of saying Women‘DSK Trempe Dans l’Affaire du Carlton Dominique Strauss Khan, Justice, Media and Money DSK, sexe, politique et argent, les langues se […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: