Epidémie de Divorces en Temps de COVID

En parallèle à la pandémie du COVID nous assistons à une épidémie qui saigne durement les familles, c’est l’explosion du nombre des séparations et demandes en divorce.

Face au désarroi de ces familles et le peu de soutien disponible, j’ai décidé de mettre à disposition des resources pouvant aider à dénouer les interrogations qui sont souvent posées.

L’ensemble de ces resources peuvent être consultées gratuitement sur ces Pearltrees. Ma démarche n’est motivée par aucune considération économique. Je ne réclame aucune contrepartie financière. le divorce et le droit de la famille sont éloignés de mes compétences juridiques. Je rappelle que je ne suis pas avocat. Simplement, je constate, comme je l’ai deja fait auparavant, que le système juridique français est dans un état de pauvreté avancé. Je constate que les justiciables sont maltraités et trop souvent mal représentés, que le déséquilibre des droits en fonction du poids économique est scandaleux. A coté des avocats qui font un travail remarquable pour assister et représenter leurs clients, d’autres prennent le dossier pour percevoir une provision et s’en vont vers des renvois successifs qui engorgent les tribunaux et portent atteinte aux droits des justiciables. Si l’avocat est ‘Maitre de son agenda’ comme clament certains, le justiciable a aussi une vie à gérer.

Au-dessus de tout, ces divorces heurtent des enfants innocents. plus le divorce perdure, plus il devient conflictuel, un fonds de commerce juteux certes, mais ce sont des familles meurtries. Je pense à ces enfants du divorce heurtés à tout jamais car de voir ses parents batailler, c’est voir les deux piliers de son existence s’ébranler. Un enfant lâché par un parent vindictive, c’est un enfant qui permet confiance, c’est un enfant qui ne sait pas expliquer l’abandon d’un père ou d’une mère, c’est un enfant qui culpabilise ou qui rejette la responsabilité sur l’autre parent. Cet enfant ce sent indigne d’être aimé. Il recherchera l’amour partout où il le trouvera ou alors il aura tendance à aller plus vers des personnes plus âgées mais il ne pourra plus faire confiance aux autres.

Les victimes du divorce sont bien plus étendus que le couple, les enfants, les parents, la société toute entière subit les méfaits des divorces litigieux. Alors je voudrais dire à tous ces avocats qui encouragent ou qui laissent leurs clients mentir, agresser ou être infidèle à cet époux qu’ils ont un jour aimé, à qui un jour ils ont preté serment d’amour et fidélité, profiter du malheur des autres est une activité bien honteuse. L’image qui me vient à l’esprit est celle des vautours ou chacals qui se servent sur cette carcasse abandonnée.

J’ai été récemment tout particulièrement choquée par deux cas de mères avec des jeunes enfants qui avaient été conseillées de mettre en vente la maison familiale avant le divorce, avant même qu’une pension alimentaire n’ait été fixée pour assurer leur subsistance. Ces mères sans revenus allaient se retrouver à la rue, en plein COVID. Qui les logerait ? Eest-ce que les services sociaux ont réellement les moyens de les accueillir? Où est le devoir de conseil dans tout ça ? Faut-il bâcler un dossier sous pretexte qu’il s’agit d’un dossier d’AJ (Aide Juridictionnelle) ?

Pour exercer sa profession, tout avocat doit prêter serment devant la Cour d’appel de son Barreau. Au cours de cette cérémonie, il s’engage à respecter les principes essentiels de la profession.

« Je jure, comme avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ».

Le divorce, lorsqu’il est conflictuel, c’est comme pour un accident grave. Cela met des années à guérir et, entre ses désirs et réalités, homme ou femmes on y laisse des milliers d’euros en honoraires surtout quand l’avocat fait un travail bâclé … + Devoir à l’Ex ou Recevoir de l’Ex des dizaines de milliers d’euros si devoir de secours durant 24 à 36 mois et 60 mois si appel + le montant de prestation compensatoire +  la perte sur le domicile + les frais d’agence immobilière + les taxes + que vivre en solo est bien plus onéreux qu’en cohabitation + etc.
et quand il est à l’Amiable, il faut savoir l’habituel (argus) des montants de pensions et de prestation compensatoire pour ne pas avoir de regrets par la suite.

https://www.divorcefrance.fr/

Par ailleurs, il n’est pas difficile d’imaginer le peu d’égard qui est géneralement porté aux données personnelles des clients lors d’une procedure de divorce. Le divorce appelle à ressortir toutes les informations comptables, familiales, financières, professionnelles, toute une vie. Ces données sont bien trop souvent partagées par simple email entre avocats, clients, notaires, huissiers, experts…. Sans même que l’on prenne le soin de chiffrer les transmissions. Des données parfois confiées à des tiers sans aucune verification et ce malgré les obligations imposées par la Réglementation sur la protection des données personnelles tel l’article 32 du RGPD que les auxiliaires de justice ne sauraient ignorer. Ces pratiques et ce manque de respect pour le secret professionnel qui s’impose est choquant d’autant plus que la pandémie a vu le nombre des attaques informatiques et ransomware sensiblement augmenté. Un sujet très important par trop ignoré même si le Conseil National des Barreaux a produit un excellent document détaillant les obligations des professionnels du droit.

Lire également : Le role du juge familial dans la sauvegarde des droits de l’enfant

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: